Le chasseur de têtes Russell Reynolds Associates a été mandaté pour trouver le futur directeur de Sciences Po

Challenges révèle que c’est le chasseur de têtes américain Russell Reynolds Associates qui a été choisi par Sciences Po pour trouver un successeur au directeur Frédéric Mion, forcé de démissionner à la suite de l’affaire Olivier Duhamel.
C’est Marc de Leyritz (Sciences Po) du bureau de Paris de Russell Reynolds Associates qui sera responsable de cette mission délicate. En effet, une commission de proposition a prévu de procéder elle-même à un premier filtrage avant de transmettre une liste à Russell Reynolds Associates pour analyse, procédé qui n’est pas courant.
Deux autres chasseurs de têtes français étaient également pressentis : HRM, présidé par Michel Caste Ballereau et NB Lemercier & Associés, dirigé par Brigitte Lemercier. 
HRM est un spécialiste de l’enseignement supérieur qui a placé Jean-Michel Blanquer à l’Essec, Éric Labaye (ancien patron de McKinsey France), à Polytechnique, et, plus récemment, Isabelle Huault à la présidence de l’EM Lyon. 
Selon Challenges, ce dernier chasseur de têtes avait pourtant fait bonne impression lors de son audition. D’autant qu’il connait bien l’école pour y avoir facilité le recrutement de l’actuel directeur du numérique. "Il a trop bien préparé son audition, il a fait peur aux représentants de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) et du Conseil de l’Institut, qui veulent à tout prix garder la main sur la succession de Frédéric Mion", persifle un cadre de la maison. 
Mais au final, le candidat choisi devra être avalisé par le gouvernement car sa nomination fait l’objet d’un décret du Président de la République.
Par ailleurs, Russell Reynolds Associates a été chargé par la famille Peugeot d'organiser la relève familiale chez Peugeot Invest, ancien groupe FFP.