3-directeur-des-systemes-information-homme-de-pouvoir-ou-dinfluence

Le Nouveau DSI :

Homme de Pouvoir ou d’Influence ?
Par Pierre Fouques Duparc
Responsable Mondial de la Practice Global Technology
Boyden Global Executive Search

Boyden Global Executive Search est le plus ancien Cabinet mondial de Conseil en Recrutement de dirigeants, puisque créé en 1946. Ce cabinet  possède 75 bureaux dans le monde et est présent dans 45 pays. Il est organisé par Secteur et Pierre Fouques Duparc est Responsable Mondial de la Practice Technology.
Boyden France a 9 Partners, dont Pierre Fouques Duparc, et possède également une activité Management de Transition.

www.boyden.com

/////

Dans le contexte économique difficile actuel, les DSI se voient donner de nombreux objectifs:
• Mettre en œuvre des systèmes d’information à la fois flexibles et stables
• Aligner les systèmes d’information et les services de la DSI aux objectifs stratégiques de l’entreprise
• Augmenter la productivité des équipes informatiques et industrialiser les processus au sein de la DSI
• Piloter au mieux les activités de la DSI à l’aide d’indicateurs de performances et d’objectifs
• Améliorer les niveaux de services, s’engager sur ces derniers et augmenter ainsi la satisfaction des utilisateurs
• Démontrer l’utilisation responsable du budget et des ressources de la DSI tout en maîtrisant les risques
• Faire accepter et gérer des projets complexes, transverses et interculturels ainsi qu’atteindre le ROI exigé
• « Ouvrir » la DSI, la tourner vers l’extérieur et l’orienter vers ses clients
• Changer la culture de la DSI et conduire le changement organisationnel
• Améliorer la compréhension entre le monde de la gestion et celui des technologies

et tout cela sans que le budget de la DSI n’augmente, voire qu’il diminue. Ses principaux objectifs sont in fine la déclinaison de 3 missions : l’innovation, le ROI des Systèmes d’Information, le Changement de l’Entreprise. Le SI migre du Back Office au Comité de Direction, du Centre de Coûts vers la Génération de Revenus, de l’Opérationnel vers la Stratégie. Le rôle des DSI évolue ainsi vers moins de technologie et plus de management, transversal ou direct. L’efficacité, la productivité, la rentabilité et l’alignement restent néanmoins les mots d’ordre. La langue anglaise est illustrative de cette migration : Le DSI appelé auparavant « Data Processing SVP » est maintenant appelé « Chief Information Officer ».

Le DSI a souvent fortement intérêt à se positionner sur tous les sujets sur lesquels il peut avoir une vision transversale et pertinente. Parmi ces sujets, on peut citer :
• l’innovation
• le green IT
• la création de valeur
• la transformation de l’entreprise et la conduite du changement
Le DSI accompli doit donc faire preuve de flexibilité ; il participe aux changements de l’entreprise, s’implique dans ses problématiques business, et a donc aujourd’hui autant un rôle de stratège que d’expert technique. Le DSI doit être capable de parler à la fois P&L et HTML.
« Le rôle du DSI s'est considérablement modifié ces dernières années avec une évolution marquée vers une participation plus importante dans la réflexion sur la stratégie de l'entreprise et une implication déterminante dans sa mise en œuvre dans les systèmes d'information », explique Nicolas Sekkaki, General Manager IBM France Global Technology Services. « De toute évidence, le rôle du DSI subit une profonde mutation. Non seulement les DSI se concentrent sur la standardisation et la rationalisation des infrastructures mais ils réfléchissent également aux technologies à mettre en place pour favoriser l'innovation et la croissance, poursuit Pat Toole, DSI d'IBM.
D’après IBM, les DSI actuels passent 55% de leur temps à stimuler l’innovation : impulsion de projets innovants, implémentation de nouvelles technologies, management de projets orientés business et non uniquement technologiques. Ils consacrent les 45% restants à la gestion de l’environnement technologique : réduction des coûts, limitation des risques informatiques, optimisation de l’automatisation afin de réduire les coûts globaux de l’entreprise. A première vue, ils seraient donc à 55% Homme d’Influence et 45 % Homme de Pouvoir.
Cependant, il semble que le succès d’un DSI tient à sa faculté à combiner différents rôles, qui, s’ils peuvent sembler contradictoires, sont pourtant complémentaires. Il doit donc être à la fois visionnaire et pragmatique, créateur de valeur tout en restant un chasseur de coûts ; un leader qui développe le business tout en restant un expert des SI, et ainsi un Homme d’Influence tout en restant un Homme de Pouvoir.
En intégrant toutes ces dimensions, le DSI peut accomplir ses principales missions: l’innovation, le ROI des Systèmes d’Information, le changement de l’entreprise.


• L’innovation
Pour rendre l’innovation tangible, les plans ne suffisent pas, il faut aussi des bases solides en termes de moyens. Le DSI doit s'impliquer activement dans l'élaboration de la stratégie et explore les pistes d'innovation que les nouvelles technologies peuvent apporter à son entreprise tout en établissant les bases d'un environnement propice à la transformation. Pour y parvenir, il doit être à la fois Visionnaire Eclairé et Pragmatique Efficace, Homme d’influence et de Pouvoir. Lorsqu’il est Homme d’Influence, le DSI met à l’ordre du jour les nouvelles technologies pouvant améliorer le business. Le visionnaire et Homme d’Influence contribue à la stratégie de l’entreprise et étudie la façon dont les nouvelles technologies peuvent dynamiser l’innovation. Champion de l’innovation, il booste l’intégration de la technologie dans le business et accroît l’influence du DSI. Le DSI évoque souvent ses plans d'innovation en cours ou à venir, qui vont de l'amélioration des processus à la mise en œuvre d'une série de technologies ayant un impact économique immédiat et à long terme comme l'informatique analytique et décisionnelle, la virtualisation, l'informatique « verte », l'architecture orientée services (SOA), la gestion des services et le Cloud Computing. Il compte également sur les solutions de mobilité, sur les communications unifiées, sur les outils collaboratifs, sur les réseaux sociaux et sur les projets Web 2.0 pour optimiser les échanges internes et la communication avec les clients et les partenaires. Mais il lui faut aussi composer avec le pragmatique qui lui rappelle la réalité de l’entreprise et donc se comporter en Homme de Pouvoir et opter pour l’amélioration continue de la productivité des outils déjà en place et la réduction ou contrôle des budgets informatiques ; une façon d’accorder plus de temps et de budget à l’innovation.


• le ROI des Systèmes d’Information

Utiliser les SI pour créer plus de valeur dans l’entreprise est indispensable ; c’est possible par la maîtrise de leurs coûts et l’amélioration leur efficacité. Le DSI imagine et développe des solutions plus efficaces en cernant les besoins des clients tout en restant vigilant sur la rationalisation des dépenses. Il doit être à la fois Créateur de Valeur Avisé et Réducteur Systématique des Coûts. Il doit être à la fois Homme d’Influence et Homme de Pouvoir. Le créateur de valeur et Homme d’Influence trouve de nouveaux moyens pour aider clients et entreprise à mieux utiliser les données. Son homologue le chasseur de coûts et Homme de Pouvoir se concentre sur la gestion des budgets et des processus qui permettent d’éliminer ou de réduire les coûts. L’Homme d’Influence conçoit et vend en interne des solutions par une meilleure compréhension des besoins clients pendant que l’ Homme de Pouvoir veille au gaspillage. L’Homme d’Influence fait parler les chiffres, trouve de nouveaux moyens d’atteindre les clients, améliore l’intégration et la transparence. L’Homme de Pouvoir standardise pour économiser, centralise les infrastructures, donne la priorité à la réduction des coûts, et s’appuie davantage sur des prestataires externes qu’il se doit de diriger et guider très étroitement et souvent avec autorité. Le DSI souhaite également mener encore plus loin ses programmes d'économies (ils sont par exemple 76 % d’après IBM à avoir déjà lancé ou prévu des projets de virtualisation).
le changement de l’entreprise


Pour augmenter son impact sur l’ensemble d’une organisation, le DSI doit maîtriser autant les questions commerciales que techniques. Le DSI doit disposer d'une connaissance approfondie du métier de l'entreprise tout en faisant preuve d'une solide expertise informatique et œuvre au développement des compétences au sein de son organisation. Il doit donc être Business Leader Influent et Expert IT reconnu, et donc à nouveau Homme d’Influence et Homme de Pouvoir . Homme d’Influence , et avec les autres managers, il contribue aux initiatives de développement et aux changements culturels de l’entreprise. Il comprend parfaitement les rouages de l'organisation et renforce les partenariats internes et externes. Il s’implique avec ses pairs dans des projets sortant du domaine strictement SI, il les présente et les évalue en termes financiers. Homme de Pouvoir, il s’attache à motiver son équipe et à améliorer les performances des SI. Il valorise son talent personnel et prône le renforcement des compétences au sein du service informatique. Il est à la pointe de l’état de l’art pour renforcer les systèmes d’information et les enrichir.

L'information représente plus que jamais un élément vital du capital de l'entreprise. La conserver, la sécuriser et l'exploiter devient crucial dans la compétition économique actuelle et future. La fiabilité et la sécurité des informations figurent donc en bonne place dans les préoccupations des DSI : plus de 70 % d'entre eux au niveau mondial prévoient en effet de renforcer leurs investissements dans la gestion des risques et la conformité à la réglementation.

Comments